Alors c’tait bien ?

11

Posted by Giom | Posted in Angleterre, Europe, France, Sur la route | Posted on 07-05-2014

Le retour est une étape dont on ne connait pas la durée.
Mon vélo Amzer-zo m’a propulsé vers Brest à une vitesse fulgurante !
Mes pensées ont eu du mal à tenir le rythme…

Arrivée !

Une belle traversée de Dartmoor en Angleterre, lande magnifique de mystères et désolation, sous un beau cie l qui m’a valu des coups de soleil ! Si, si, personne ne voulait me croire, mais j’ai bien pris des couleurs chez nos voisins Britanniques.
J’arrive à Plymouth, la dernière ville en Angleterre, au bord de la manche. Parfum de départ. ville de passage où un flot incessant de voyageurs partent et viennent avec leurs bagages pleins d’émotions.
Je me fais héberger chez Marie, française, et passe donc la soirée à parler Français, prémices de ce qui m’attend de l’autre côté !
Choisir ses mots car ils peuvent avoir un sens caché ou péjoratif, c’est toute une gymnastique à laquelle je ne suis plus habitué qui se met en place dans mon cerveau.

Je prends donc le ferry le jeudi 18 Avril au matin. Le vélo bien amarré, tout petit à côté des camions dans la grande cale. C’est parti pour 6h de traversée sur une mer calme et toujours avec le soleil.

Mes parents m’attendent au débarcadère de Roscoff avec de très bons amis à eux, voyageurs aussi. Une banderole d’accueil confectionnée par ma mère et une amie, des cris de joie fusent.
Belle soirée de réacclimatation à parler voyage, tout et rien, tout simplement apprécier la présence de mes parents et amis.

Puis samedi 19 Avril, le jour J, départ de Roscoff à 9h.
Derniers Km, accompagné cette fois de mon père et un ami à lui.
Il fait beau, vent dans le dos.
Les Km défilent presque trop vite alors que je voudrais savourer chaque instant. Arrêt à la plage de Keremma pour humer, admirer les vagues.
St Meen, Trégarantec, Ploudaniel, c’est la “tournée des aïeux”. Le Léon d’où ma famille est issue. Finir par pédaler par là est un véritable retour aux sources. Mon père me raconte des histoires de son enfance que je n’avais jamais entendues. Voyage dans le temps.

Au bourg de Ploudaniel, à 25Km de Brest, une dizaine d’amis et les parents de Jonathan m’attendent pour finir l’aventure jusqu’à Brest ensemble. Pic-nic où je ne peux pas m’arrêter de parler avec tout le monde ! Allez hop on repart. Je suis énervé, stressé, bousculé par les émotions qui me traversent de part et d’autres sans savoir comment les gérer. Des souvenirs, des rires, des paroles à mi-mots, des regards. Parfois un rien suffit à me propulser très loin dans mes pensées.

Tout ça en pédalant sur des petites routes qui de plus en plus me sont familières. Reconnaitre ma route sans carte ou sans demander la direction est nouveau pour moi ! Sentiment de retour, d’appartenance aux lieux.
Je suis “chez moi”.

Lors de l’approche du port du Moulin Blanc, je comprends.
Je comprends tout ce qui a pu se passer dans la tête de Bernard MOITESSIER (parti de Plymouth en 1968 mais qui ne franchira jamais la ligne d’arrivée de la première course autour du monde à la voile en solitaire sans escale) alors qu’il était sur le point d’arriver après son tour du monde. Lui est reparti, ne voulant pas arrêter, trop bien sur son bateau.
A ce moment, j’ai littéralement un flash-back dans la tête.
Je revois le jour du départ, sous la pluie incessante.
Mes parents pleurent, ça tombe bien il pleut.
Tout se ralentit dans ma tête, je voudrais que ce moment dure éternellement. Non, ça ne peut pas être ça. Déjà à Brest ? Déjà le retour ? Comment est ce possible. Rien n’a changé et pourtant il s’est passé tellement de choses…

Oui. C’est pourtant bien ça. Les enfants de mes cousins sont là, à vélo, à 1Km de l’arrivée. Dernier peloton à nous rejoindre pour une arrivée joyeuse ! Eux n’ont pas oublié de grandir.

Je veux ralentir, ralentir, arrêter le temps, repartir, faire demi-tour, je suis trop heureux sur mon vélo…

A 1 Km de là, j’aperçois presque déjà une petite foule venue me voir.
Puis à peine quelques coups de pédales plus tard me voici arrivé.
Sans même m’en être rendu compte, je suis là, face au bar bien nommé, “le tour du monde”, d’où je suis parti il y a 2 ans.
Les enfants m’ont accompagné avec leurs beaux tee-shirt aux couleurs de Volun’tour. Sans doute que tous ces gens venus m’accueillir sont ceux qui m’ont poussé et aidé à ne pas me défiler.

Mon corps est là, maladroit ne sachant que faire sous le regard des gens ayant suivi l’aventure. Les photos, les sourires, les regards interrogateurs. Tout le monde attends. Attendre quoi ?

Un ptit mot ont ils l’air de dire.
Alors, oui, en effet j’ai préparé un ptit mot, dans le ferry.
Des remerciements, plein, car (et ça n’est pas très original) sans beaucoup de gens, ce projet n’aurait jamais pu se faire !

Voici dans les grandes lignes ce ptit mot retranscrit (sans les broderies improvisées):

    Bonjour tout le monde !
    ça roule ?
     

    Faire des discours, c’est pas trop ma spécialité, mais bon…

    En plus, ça fait plusieurs mois que je ne pratique plus le Français, et c’est sans doute étrange à dire, mais les mots sont parfois durs à trouver.

    Alors…
    Que dire ?

    L’idée de départ de ce projet était de partir loin, à vélo.
    Pourquoi pas le Vietnam ? J’avais une pote qui y travaillais, pas de bol avant même que je parte elle a fini sa mission… Pas grave on garde le Vietnam comme but géographique.

    Puis, il me paraissait important de partir à la rencontre de bénévoles pour leur demander pourquoi ils s’engageaient plusieurs mois de leur vie pour aider les autres. Je sortais de 6 mois de volontariat à l’époque de l’écriture du projet.

    De plus, il me tenait à coeur de partager l’aventure avec des enfants malades.

    Et enfin reverser les dons reçus à la recherche contre la mucoviscidose.

    Mais pourquoi partir ?
    Je voulais partir pour aller à l’essentiel.
    Je n’ai pas renoncé au bonheur, cherché à fuir une situation difficile ou à quitter les miens. Non c’est tout l’inverse ! J’avais un bon travail en CDI, des amis, une famille géniale, une vie sociale épanouie. Mais l’appel de la route était bien plus fort que tout ça !

    Le mot ailleurs était devenu une obsession. Qu’y a t-il derrière cette colline ? Et une fois arrivé, bah c’est une autre colline… Mais derrière celle là, y’a quoi ? Et ainsi de suite.

    ça a commencé par des lectures de livres de voyages (merci Maman), des Km de VTT à Plougastel (merci Papa), la perte de Jonathan, mon meilleur ami quand j’avais 20 ans. Il m’a bousculé de ses paroles directes car il se savait proche de la mort avec sa mucoviscidose.
    Il me conseillait souvent de profiter de la vie surtout que j’étais en pleine santé: 2 bras, 2 jambes, une tête et des poumons en parfait état !
    Alors j’ai suivi ses conseils et j’ai suivi mon instinct !

    J’ai rencontré Felix, mon collègue cycliste Espagnol, qui m’a accompagné de la Turquie à la Thaïlande. Je ne voulais pas partir seul et nous avions plein de valeurs en commun, alors nous voici à 2 sur le projet.

    Aujourd’hui, me voici ici à Brest à peu près 2 ans après être parti.
    Le premier but de cette aventure était de partager celle-ci avec des enfants malades. But atteint grâce à des bénévoles qui ont été régulièrement divertir les enfants du CHU de Brest, du centre de soin de Perharidy à Roscoff mais aussi à Lille, Toulouse et Paris grâce à l’association “Enfants @ l’hopital”. Donc évidemment un immense merci à ces bénévoles qui ont donné beaucoup de leur temps pour permettre ce suivi !

    Cet aspect du projet était moins visible mais très important à mes yeux !
    Je voulais en quelques sortes permettre à des enfants de voir le monde différemment avec la possibilité d’interragir par email.
    Avec des questions du genre: “Tu manges quoi ?”, “c’est quoi le bidule rouge sur la photo N°23 en Ouzbékistan ?”, “Pourquoi tu as choisi ce vélo?”, “Comment tu laves tes vêtements?”…
    Bref plein de questions qui peuvent paraitre simple mais tellement essentielles !

    Alors cet échange m’a permis de retrouver l’énergie à des moments où j’en avais un peu moins ! Donc merci à tous ces enfants !

    Voilà, j’ai une liste de merci, c’est pas très original mais tellement nécessaire ! Car ce projet a été possible grâce à l’aide de beaucoup de monde autour de moi ! Sans toute cette liste de gens ce projet ne serais pas abouti.

    On ne les remercie pas souvent mais ça me parait important aussi !
    Alors, merci à tous ceux qui m’ont dit que c’était impossible, ou que je n’en était pas capable, ça m’a donné encore plus de niac pour leur prouver le contraire !

    Evidemment merci à mes parents et ma soeur qui m’ont toujours soutenu, aidé, supporté depuis la préparation jusqu’à aujourd’hui.

    Merci à Loïc ADRIEN qui a édité les vidéos disponibles sur le site web.
    Merci à Théo LE GURUN pour la création du site internet.
    Merci à Annie POLARD et Christine PLASSARD-MORVAN pour les animations auprès des enfants hospitalisés.
    Merci à Camille, ma soeur, pour les albums photos qui ont permis aux enfants du CHU Brest Morvan de découvrir l’aventure.

    Merci à Felix évidemment avec qui j’ai pédalé 14 mois, qui a supporté mes sautes d’humeurs et toujours été diplomate. Il a déjà rejoint Madrid depuis Janvier.

    Merci aux entreprises qui ont contribué financièrement au projet.
    Merci aux collectivités territoriales qui ont cru en ce projet:
    * la mairie de Brest
    * le conseil général du finistère via le dispositif défi Jeunes
    et là je dirais en particulier un grand merci à Bernard Jaouen qui m’a soutenu moralement à 2 jours de présenter le dossier alors que j’étais à 2 doigts de lacher l’affaire..
    * le programme “Jeunesse en Action” de l’Union Européenne

    Merci à toutes les personnes m’ayant apporté des conseils précieux lors de la préparation et pendant le voyage, et il y en a beaucoup !

    Merci aux vélos couchés Nazca pour le confort et le suivi tout au long du voyage.

    Merci à toutes les familles et personnes qui m’ont accueilli sur la route !
    Merci à tous ceux qui m’ont donné de l’eau ou de quoi manger, vous ne pouvez pas savoir à quel point ça fait plaisir quand on est fatigué de pédaler !

    Bien sûr j’ai peur d’avoir oublié des gens, alors si c’est le cas, j’en suis désolé !

    J’espère que vos vies ici et ailleurs ont été passionnantes !
    J’ai hâte que vous me racontiez aussi à votre tour vos aventures !

    Que dire de plus ?

    “Alors c’était bien ?” est bien la question qui me fait le plus peur !
    Que suis je sensé répondre à cela ? Je crois qu’un beau sourire les yeux pleins d’étoiles ne peuvent pas mieux résumer ce que j’ai vécu.


Ces derniers temps j’ai tout cuisiné à la sauce “dernier” !
Le dernier pad-thai en Thailande, le dernier ananas, le dernier sourire, le dernier Km à vélo en Asie, le dernier regard, la dernière nuit… Bref tout me paraissait finir, alors que non, il est évident que cette aventure est belle et bien terminée à vélo, mais cela est une parfaite occasion pour changer de regard sur tout ce qui m’entoure et y voir un renouveau !

Une parfaite occasion pour penser différement. Pour digérer mon voyage, le partager, le vivre avec plus de recul, le confronter aux idées Européennes, Françaises, Bretonnes… Prendre le temps de vivre ce renouveau. Penser au présent sans trop conjuguer au futur mais bien comprendre ce qu’il se passe ici et maintenant.

Je suis déjà arrivé il y a 2 semaines, physiquement du moins.
Mes pensées ont vaguement divagué, mollement pris le chemin du retour, toutes penaudes de ne plus être stimulées chaque jour de tant de nouveautés. Ce voyage a été géographique mais aussi mental. Au tréfonds de mes idées je n’ai entrevu que les prémices de moi-même.

A voir ce qu’il y a vraiment au fond de tout ça !

Aujourd’hui, c’est le début du reste de ma vie.

Comments (11)

Cher Giom, je découvre aujourd’hui les photos, les mots de ton arrivée en Bretagne et je crois bien percevoir, au delà, tes émotions, tes ressentis, tes pensées, tes attitudes décalées ici…..nous venons de rentrer en Alsace après notre tour d’Europe de 7 mois et nous traversons actuellement ce que tu décris….. juste être là, entourés des siens et transmettre notre nouvelle façon d’être! Oui, le voyage itinérant nous change, nous rend riches et tout ce que nous avons vécu pendant ces mois reste gravé en nous et le plus beau des retours est de le partager avec notre entourage!
Si tes jambes te démangent, viens! et nous roulerons en re-découvrant que le plus beau des paysages est celui que l’on prend plaisir à contempler!
Bises de Sylvie et Jean-Louis, Heuropédaleurs

Bonjour à vous 2 !

Super que votre périple Européen se soit bien passé !
J’avoue ne pas avoir suivi de près votre aventure, mais vais y remédier rapidement en lisant vos aventures sur internet.

Je suis sûr que l’on aurait des centaines de choses à se raconter si un jour je passais par l’Alsace !

J’espère que le retour se passe bien pour vous !

Evidemment vous êtes les bienvenus en Bretagne aussi quand vous le souhaitez !

Encore un p’tit tour de retard à lire ce rapport sympathique dont je suis bien contente d’avoir fait partie, même si ce n’était que 25km ! 1 miilème de ce que tu as accompli :-)
La traduction aussi a pris un peu de retard, avec les p’tits enfants pendant les vacances etc… Mais ça va venir.
Bon vent pour continuer la réadaptatation. ça va de ce côté-là ?
A+
Marie-Louise.

Je trouve même pas les mots! Ca m’a donné les larmes aux yeux rien que de te lire et de voir tes photos…
A bientôt!

Encore bravo, c’est une magnifique expérience ! et merci de nous avoir fait partager ça tout au long du voyage !

Oui cette aventure a été géniale à plusieurs points de vue !

Et c’est un bon exercice d’écriture que de partager ça.
Alors bon vent à toi et à une prochaine.

Yes ! Yes ! Yes ! :-)

Merci Giom pour ce partage en mots et en image !
A te lire, je constate que c’est bien un Giom 2.0 qui est revenu ;-)

Bon Retour à toi, dans tous les sens du terme.
Bravo !!!! :-)
Et au plaisir de te voir à Nancy si l’envie de bouger te reprend ;-)
Amicalement

Xav

Salut Xav !

Eh bien oui sur un vélo on a le temps de réfléchir :)
Aucune idée pour le moment d’un passage à Nancy, mais je retiens l’invitation !

Bonne journée à toi !

Bravo!

Félicitation de strasbourg!!!incroyable mais tu y es arrivé .quand on c est parler j ai eu un doute , mais par la suite j ai suivi ton périple et j était content de ton avancement sur la route. Jack

Merci bien Jack !

Avec de la motivation on peut faire beaucoup de choses
A chacun de découvrir ce qu’il veut, et ça n’est pas toujours facile !

Bonne route !

Write a comment

Notify via Email Only if someone replies to My Comment