Bagan et Yangoon

2

Posted by Giom | Posted in Asie du Sud-Est, Birmanie, Sur la route | Posted on 05-02-2014

Je pars en direction de Bagan, LE site touristique de Birmanie.
A vélo, je vois que la campagne est très pauvre, les dollars dépensés à quelques Km de là ne profitent qu’à une poignée de chanceux.

Arrivé à Myngian, à mi-route entre Mandalay et Bagan, il faut que je dorme quelque part, sauf que je suis résolu à ne pas payer 20$ la nuit pour un hotel lambda au milieu de nulle part. 20$ c’est le moins cher des 2 hotels possibles pour les étrangers. Je décide donc de continuer quitte à camper quelque part… Illégalement mais bien moins cher !
Finalement je m’arrête au premier monastère sur ma route et tente de demander s’il n’y aurait pas moyen de passer la nuit ici. Je sais que c’est aussi interdit par le gouvernement mais que certains moines contestataires pourraient accepter. Mon coeur bat plus vite, c’est crétin, j’ai dormi des dizaines de nuit dans des temples en Thailande, Cambodge, Laos. Mais là c’est différent, je sais que la police peut venir me dire d’aller dormir dans l’hotel le plus proche et ça serait donc retour à la case départ…

C’est OUI ! Je saute de joie – intérieurement – et en ai presque les larmes aux yeux, c’est crétin ! Mais je suis tout simplement heureux de ne pas tomber dans le piège des lois de la junte militaire !

Pour couronner le tout on m’offre même des restes du repas de midi après une visite en bonne et dûe forme du monastère.

Puis avant de partir le lendemain, j’ai même le droit de manger aussi le ptit déjeuner avec eux ! Grand luxe !

Puis direction Bagan enfin ! Je trouve un hotel en dortoir pour 10$ probablement le moins cher à cette époque, dépose mes affaires et me voilà parti à découvrir cette fameuse plaine remplie de temples, monastères, stupas. La vision est – il est vrai – assez bluffante.
Toutes ces formes pointues dirigées vers le ciel renfermant pour la plupart des images du Bouddha. Le tout dans une forêt ensablée au bord de la rivière Irrawady.

On sent les ravages que peuvent faire le tourisme. Des enfants parlent Français: “Bonjour Monsieur, pas cher…”, vendent de tout et semblent avoir quitté les bancs de l’école bien tôt ! Une jeune fille de 17 ans me raconte en Anglais qu’elle a quitté l’école à 12 ans pour travailler dans le restau où je mange pour échapper au travail du champ, où ses parents suent.

Alors temple après temple, je déambule à vélo dans cette forêt sacrée. Impressionné par la folie des hommes ! Je n’ai pas payé les 16$ que les touristes payent à l’arrivée en bus, bateau ou avion, avantage du vélo :=)

C’est beau et assez fou. Un coucher de soleil admiré depuis le temple de Su La Mani. C’est un spectacle que nombres de touristes viennent célébrer à la gloire de notre Dieu à tous: le Soleil !

Puis dans ma course aux 28 jours de visa, me voici dans un bus de nuit direction Yangoon.

Contraste saisissant entre la nature et la ville, me voici dans l’ex-capitale du pays néanmoins toujuours centre économique du pays. C’est Nay Pi Taw la nouvelle capitale totalement créé de toute pièce entre Mandalay et Yangoon…

Bref… Me voici dans cette ville hétéroclite. Passage près de la Shwedagon pagoda que je ne visiterais pas: 16$ pour entrer quand je viens de visiter des dizaines de pagodes à Bagan. Je vois néanmoins la stupa gigantesque entièrement couverte d’or de loin !

Ville paradoxale pour pays paradoxal.
Voici les quelques mots que j’ai associé à mes impressions dans mon carnet de route:

* Love & Hate
* Beau et sale
* Impressionant, dépassé
* Vif mais tellement traditionnel
* Rutilant et terriblement crade
* Fascinant, désopilant
* Curieux, désintéressé
* Délicieux, repoussant
* Européen, asiatiaque: chinois, Indien, Asie du Sud-Est
* Déroutant mais rassurant
* Basique tout en étant complexe
* Obséquieux mais tellement sensuel
* Attention ça va péter !

Alors comment vous expliquer ?
Avez vous saisi le désordre mental qu’a créé cette ville en moi ? Je ne sais pas comment l’expliquer mis à part le fait de cette relation “je t’aime moi non plus” !
Une fascination repoussante. Impression d’un paradoxe omniprésent.

Un bond dans le temps. Parfois l’impression d’être dans le livre de George Orwell “Burmese days” sous la colonisation Anglaise. Je me sens vraiment ailleurs. On sent que ça bouge, ça veut bouger, ça grouille d’idée, c’est presque prêt à exploser, mais ça dort encore.

Le peuple est avide de modernité dans un pays plongé dans la domination militaire qui ne laisse aucun chance à son peuple d’étudier, d’avoir un salaire décent, de vivre dignement… Et moi je suis là au milieu de tout ça à chercher une nuit à moins de 10$…

Et pourtant ils sourient tous de ce sourire Asiatique si difficile à décrypter pour moi, Occidental.

Ce pays est beau et triste à la fois.
Il tire probablement de sa beauté dans la tristesse.

Comments (2)

Bonjour Giom,
J’ai lu avec intérêt ces 3 rapports sur la Birmanie, 4 si je compte le mail que j’ai reçu le 11 février.
Bizarre quand même ! Je viens de voir ces nouveaux rapports apparaître sur ton blog, il y a quelques jours, alors que j’y allais régulièrement, et que le dernier rapport était encore “Mariage à Vientiane…”
Ou alors, je suis un peu décalée, car ma mère est toujours en fin de vie depuis 6 mois ! Dur, dur…
Bref, cela fait 1 mois que tu es revenu de Birmanie, par rapport au visa.
Où en es-tu maintenant ? Proche du retour ?
A bientôt de tes nouvelles.
Marie-Louise.

Bonjour !

Je viens à l’instant de publier 2 autres épisodes de mon pasage en Birmanie ! Non je n’ai pas écrit de nouvelles entre Vientiane et la Birmanie. Donc tu n’as rien raté !

Je rentre le 19 Avril à Brest !
Peut être qu’on se croisrera ce jour là ou plus tard.

Bonne journée !

Write a comment

Notify via Email Only if someone replies to My Comment