De pagode en pagode, version Thai

0

Posted by Giom | Posted in Asie du Sud-Est, Sur la route, Thaïlande | Posted on 10-09-2013

Et maintenant nous sommes à 3, Florian, Allemand, nous nous étions rencontré il y a 1 ans à Trabzon en Turquie, et nous voilà à pédaler ensemble en Thaïlande !

Après une semaine passée au centre pédagogique de Daruma, nous disons aurevoir au 2 bénévoles présentes à ce moment, Jordan et Valérie. Elle sont ici en “WOOFING“, (World Wide Opportunities On Organic Farms) traduire par bénévolat dans une ferme bio où l’on a la possibilité de s’initier ou se perfectionner à des techniques d’agriculture bio.

Avant de partir nous avons ouvert les cartes de Thaïlande pour faire des plans ! Petites routes, jolis paysages, cap au nord cette fois ci, direction la montagne !

Et nous voici à essayer de sortir du bordel qui entoure Bangkok… Nous avons tout fait pour éviter la capitale qui est tentaculaire et ne laisse pas beacucoup d’options car toutes les routes y convergent. Seules quelques unes la contournent et pas forcément évident d’en trouver des petites tranquilles.

Réveil vers 6h pour un départ vers 7h30, les journées se font de plus en plus courtes, déjà ! Mais malgré cela, on est en climat tropical et la chaleur se fait étouffante en atteignant des 40°C vers midi, la pause s’impose alors.

L’avantage d’être avec Florian c’est que l’on peut échanger des expériences différentes ! Lui est passé par l’Iran aussi, mais a pris la route du sud: Pakistan, Inde, Bangladesh puis Népal avant de voler vers Bangkok. Vous pouvez admirer ses magnifiques photos et vidéos sur son site http://www.onemanonebikeoneworld.com/

Il est parti avec ses économies, un bon vélo monté pièce par pièce afin d’en connaitre un maximum le fonctionnement. Il est parti explorer le monde à vélo, tout simplement.

Notre Thailandais est encore très limité et il commence à être temps de savoir commander autre chose que “riz au poulet” qui passe pour une semaine ou deux… Il est toujours possibe de pointer du doigt les plats que l’on a sous les yeux, et en généa c’est très bon ! Mon préféré: un plat en sauce de morecaux de poulet, ananas, carottes, et autres légumes locaux dont je ne connais pas le nom. Le tout baigne dans la sauce à base de lait de coco et d’un mélange d’épices et piments, un régal !

Malgré la morne platitude du paysage, nous ne nous lassons pas des rizières vert pétant (vous savez votre riz Basmati, y’a de grandes chances qu’il viennent d’un de ces champs !), des paysages aux beaux nuages cumulo nimbus. A la tombée de la nuit nous avos eu droit à une semaine complète de couchers de soleils d’explosion de couleurs ! Il est temps alors pour nous de nous trouver un abri pour la nuit…

Et vous l’aurez deviné d’après le titre de ce post, que l’on frappe la plupart du temps à la porte des pagodes (temples Bouddhistes.) Nous avions déjà expérimenté la chose au Cambodge par la force des choses (lire “de pagode en pagode”) Et la plupart du temps on fait bien de ne pas planter la tente: trop chaud, des averses à l’inonder, pas de champs d’herbes mais que du riz poussant dans l’eau…

Et donc nous voici encore à demander l’hospitalité aux moines Bouddhistes. Pour nous ce sont de vrais camping 4 étoiles gratuits avec presque personne, de l’espace, tranquille, des douches, de l’électricité ! On se fait la plupart du temps accueillir avec des moines tout sourire pas stressés (on peut pas dire qu’ils aient beaucoup de raisons d’être stressés), on s’est même vu offrir le repas du soir ! Une véritable bénédiction pour nous, affamés de la journée passée au soleil à pédaler ! On a toujours de la nouriture avec nous, ou on sort du temple pour aller manger, et on dors sur nos matelas avec la moustiquaire par dessus. Bref on demande pas grand chose: un endroit au sec pour la nuit, de l’eau pour la douche et un peu d’espace pour le vélo.

Et tout ça on le trouve dans tous les temples ! Même plus parfois ! On en vient à blaguer en se disant que le prochain temple devrait avoir au minimum ces commodités et aussi le WIFI ou une piscine ! Souhait exaucé un soir ! Nous voici à la tombée du jour devant un ptit temple doté d’un bassin où se baignent des gamins ! Allez hop après une brève discussion avec le moine hilare de voir nos vélos, nous voici à nous baigner avec les poissons du bassin ! Le pied après une journée à suer en pédalant !

Bon… faut pas oublier que les temples sont tout de même des endroits religieux, et ces moines ont la fâcheuse habitude de se lever à 4h du matin pour prier… Je me suis retrouvé dans cette pagode avec piscine à m’endormir sous la cloche qu’ils font sonner pour appeler les autres moines… Résultat: un réveil en beauté à 4h ! Et le moine de se marrer !

Beaucoup de touristes nous disent avoir visité telle ou telle pagode, les voyant plus comme des endroits à voir qu’à vivre. Pour nous ce sont tout simplement comme des extensions de nos maisons. Une porte ouverte en tout temps, à toute heure et à tout le monde. C’est un régal de pouvoir partager des moments simples avec les moines, certains parlant Anglais. Mais même sans parler la langue, il faut tout simplement se mettre à communiquer avec le corps ! C’est plus facile que ça n’y parait: un peu de bonne volonté, quelques aptitudes en interprétation et expression corporelle et tout le monde se marre. ça détend l’atmosphère et en général ça fonctionne très bien !

Write a comment

Notify via Email Only if someone replies to My Comment