Mekong, poussière et coucher de soleil

6

Posted by Giom | Posted in Asie du Sud-Est, Laos, Sur la route | Posted on 16-10-2013

Après des nouvelles de Felix depuis Chiang Mai, nous apprenons qu’il souhaite faire un approfondissement de la technique de méditation Vipassana et aussi rentrer pour Noël en Espagne.
Nous continuons donc – Florian et moi – sans attendre Felix pour le Laos.


Photo de Florian Schmale

Derniers achats côté Thai pour profiter de la bonne bouffe Thai. On a entendu par d’autres cyclistes qu’il est parfois difficile de trouver à manger et surtout très peu de choses sucrées dont on raffole sur notre vélo ! Alors on fait le plein au marché et à la ville frontière de Chiang Khong !

Et voici un passage de frontière plutôt sympa: sur une barque à moteur sur le Mékong.
A peine 3 minutes de traversée pour arriver au poste frontière, remplissage des formulaires, attente, récupération des visas, retrait d’argent Laotien: des Kipps (1 € = 10 000 kipps) et c’est parti !

Parti pour une descente du Mékong en bateau ! On fait nos fainéants et partons donc pour une journée entière sur un long bateau de 50 places, les vélos sur le toit à bronzer et nous, en dessous, à l’ombre pour une fois. Le trajet dure pas loin de 6h mais c’est un régal de voir le paysage de montagne nous entourant, les petits villages de maisons en bois à toit de feuilles tressées, les speed-boat avec leurs passagers coiffés d’un casque de moto ! Bref, nous n’avons pas le temps de nous ennuyer, discutant avec les autres passagers de temps à autre.

Nous repartons de Pak Beng où nous avons dormi à la descente du bateau le lendemain matin.
Nous devons remonter vers Oudomxay pour ensuite retrouver la route qui nous mènera à la belle ville de Luang Prabang. Baignade avec des enfants dans la rivière. Le premier soir nous trouvons un temple où les jeunes bonzes nous invite à venir nous laver dans la rivière avec tout le village qui se donne RDV ! Moment hors du temps à jouer avec les gamins avec un ballon, les bonzes se lavant dans leurs vêtements oranges…

Jusque là, la route est plutôt bonne contrairement à ce que l’on avait entendu ! Parfait ! Mais ça ne dure pas ! Aïe ! Nous passons Oudomxay et bifurquons vers Luang Prabang sur une route qui commence à être un peu poussiéreuse, il est tard, nous allons demander l’hébergement dans un temple. Nous y passons la nuit pour repartir tôt le lendemain, toujours dans la poussière.

Ce jour là a été – et de loin – le plus poussiéreux de tout ce voyage ! Dès qu’un camion passe il soulève un nuage épais et très lent à se dissiper. Et bien sûr nous sommes en montagne, donc ça monte bien, il fait très chaud donc nous transpirons, la poussière se colle partout: la peau, les yeux, les vêtements, partout sur et dans le vélo, nous sommes marrons de la tête aux pieds ! ça dure une journée et enfin on en sort le soir !

Nous arrivons à Luang Prabang où nous avons flâné dans la ville retrouvant des hordes de touristes après 5 jours sans un étranger en vue depuis le bateau. La ville est un petit coin de verdure et de calme où l’y fait bon s’y ballader, manger un bout aux étalages du marché, un fruit-shake à la mangue, banane, fruit de la passion, ananas ou autres fruits locaux… Coucher du soleil sur le Mékong. visite à une magnifique cascade d’un bleu turquoise, puis nous repartons après un bon nettoyage du vélo et des vêtements pleins de poussière !

Arrivée à Nameuang, petit village sur la route pour Vientiane, la capitale. J’ai mal à la tête, nous avons encore eu pas mal de poussière aujourd’hui… Camping sous le toit du temple du village.

Le lendemain matin, toujours mal à la tête, diarrhée et pas en forme de façon générale… Je sais que la journée va être dure: 2000 m de dénivelé en moins de 70 Km…

Ayant senti depuis quelques jours que Florian aimerait continuer seul (ça fait 2 mois qu’on est ensemble et lui a voyagé seul depuis l’Allemagne), senti aussi que je n’étais pas au top de ma forme, senti que j’allais en baver dans la montagne, mon vélo à la chaine qui saute dèes que je suis en côte… Tout ça mis bout à bout, je décide de faire du stop camion, et le troisième véhicule s’arrête ! Ils vont directement à Vientiane !

Je dis aurevoir à Florian qui lui veut profiter du paysage à vélo. Nous nous reverrons sans doute, le monde est petit.

Et me revoilà seul ! Libre de faire ce que je veux, quand je veux, aller où je veux, n’ayant de compte à rendre à personne ! Je me sens libre et à la fois un poil perdu !
Que faire ? Où aller ?

Allez hop ! ça m’a pris 2 jours de flottement et maintenant je profite et apprécie pleinemenent cette nouvelle sensation de liberté grisante ! Malayvanh m’héberge dans sa famille à Vientiane, j’ai un lit dans une chambre rien que pour moi et même une salle de bain attenante, internet et voici d’où je vous écrit !

 

Comments (6)

en quel siècle es tu ?
il parait que ce n’est pas le même calendrier que nous ?
bisous du Morbihan du 21 èsiècle

Eh bien ici en effet on est au 26ème siècle :)
L’année 2556 est l’année en cours, l’année 0 correspondant à l’année où le Bouddha a atteint le Nirvâna. Ce calendrier est lunaire et solaire a la fois.
Donc tous les 15 jours grosso modo il y a des fêtes Bouddhiste !

Trop chouette la photo principale de ton post !!!!! Elle reflète exactement la Consécration de ton projet. J’adore!

j’ai du abandonner ton périple quelques semaines car je n’avais plus mon ordi …alors je me rattrape avec cette partie Laos / vietman
super il y a une recette avec des œufs …je vais pouvoir la distribuer au marché !! sauf les cornichons oranges va falloir trouver autre chose !!
c’est encore un rythme différent non ces pays ?
gros bisous et au plaisir
Gene

Tante Cécile vient de me transférer tes coordonnées.
Et là, je réalise que tu es toujours en chemin.
Je te dis bravo et bon courage encore !!!

Salut !

Oui toujours sur les routes :)
Et en phase de retour pour voir les enfants ayant suivi l’aventure, la famille, etc.

A bientôt !

Write a comment

Notify via Email Only if someone replies to My Comment