Nooruz et attente à Irkeshtam

6

Posted by Camille | Posted in Asie Centrale, Kirghizistan | Posted on 27-03-2013

Nous avions décidé de passer Nooruz à Sary Tash.
Etonnant à plusieurs points.

Tout d’abord, de quoi il parle ?
Nooruz. C’est le nouvel an local issu de la première religion monothéiste: le zoroastrisme, religion née à Yazd en Perse. Cette religion était très liée à la nature, et donc le nouvel an était fêté non pas en Décembre – quelle idée – mais en Mars au solstice de printemps lorsque la nature commence à se réveiller. Plus logique non ?

Cette tradition est commune à toute l’Asie Centrale: Turkménistan, Ouzbékistan, Tadjikistan, Afghanistan, Kirghizistan, Kazakhstan et la Perse d’où elle vient, actuel Iran.

Selon les régions il est célébré différemment.
Nous en avons entendu parler depuis notre entrée en Iran en Octobre !
Donc ça ne pouvait pas être mieux pour quitter cette énorme région qu’est l’Asie Centrale.

Dans la guest-house dans laquelle nous nous sommes reposés après le col de Taldyk, ils ont tué le mouton et invité tous les voisins. Nous avons assisté à toutes les étapes: du mouton vivant au repas ! Un classique plov, mais cette fois ci avec un mouton bien frais !

Nous les avons un peu aidé à préparer le repas, à découper la viande, à mettre la table. Une table – en fait à même le sol au milieu du salon – énorme remplie de pain, de confiture, de bonbons, de thé, d’un gâteau crémeux à souhait. Nous avons vu les femmes préparer le plov, la viande pour commencer, les carottes, le riz. Bref, cette agitation nous a mis en appétit !

Tout ça pour nous retrouver à manger à part tous les 2, dans la chambre salon où nous dormons ! Il y eut un moment de doute à savoir si on allait même avoir le droit de manger, mais si on a eu notre assiette de plov. La cheffe de maison a un caractère bien trempé et nous a bien mis à l’écart volontairement. Grosse incompréhension après toutes ces soirées passées avec les familles à manger et rigoler ensemble. La relation est certes différente car nous payons l’hébérgement, mais ils n’ont rien dit quand on leur a donné un coup de main à mettre la table à laquelle on n’aura pas le droit de toucher. Bref, on apprendra plus tard que les gens de Sary Tash sont réputés pour être des gens durs, le climat aidant. C’est la ville la plus froide du pays. Il y a fait -15°C il y a une semaine, alors qu’on était en tee-shirt à Osh.

Nous voulions voir le concert de musique traditionnelle, mais trop fatigués nous sommes restés dormir. Nous n’avons jamais compris quand a eu lieu ce concert, mais semble t-il qu’il a eu lieu à 9h… Nous avons juste eu entraperçu la fin de la fête dans la salle des fêtes…

En nous balladant dans la ville, nous avons pu admirer la vue magique des collines qui protègent la ville des vents froids. Sary Tash est la ville qui sépare la route allant vers le Tadjikistan, la Pamir Highway, de celle allant vers la Chine par Irkeshtam. La ville est tout simplement bâtie autour de ce carrefour. Aucune autre route. Nous avons donc profité du paysage incroyable introduction de l’Himalaya !

En partant le vendredi matin, superbe météo ! Le mur de montagne qui se dresse devant nous est splendide, nous avançons doucement sur l’asphalte tout neuf. Il y a 2 ans, c’était une piste en piètre état d’après Aitor et Laura. Nous jubilons d’être ici avec une si belle météo ! Regardez les photos !

Après 40 Km, la neige s’invite sur la route et nous ralentit beaucoup, nous finissons par pousser les vélos. Pic-nic à côté d’un poste d’entretien de la route.
Ils font tous la sieste, pas étonnant que la route soit enneigée !
Vers 17h, un camion Tadjik nous prend en stop.
Et nous arrivons à Irkeshtam plus tôt que prévu, ou trop tard !

Car la frontière Chinoise est fermée le week-end…
Bon, eh bien nous allons attendre !
2 jours et 3 nuits, quelques parties de frisbee, de cartes, de ballades dans ce village composé de roulottes en métal, une impression d’être hors du temps. Tout semble être à l’arrêt. Les camions ne bougent pas, les conducteurs Tadjiks et Kirghizes parlent Russe entre eux. Les Tadjiks cousins des Iraniens parlent Dari, très proche du Farsi, mais ayant fait partie de l’ex-URSS tout comme le Kirghizistan parlent aussi Russe.

Alors le temps s’est arrêté ici. A notre plus grand plaisir.
Boire du thé, écrire, penser, lire, admirer les tourbillons de poussière danser au milieu des camions endormis, imaginer la Chine à quelques Km de là…

Comments (6)

Salut à vous, ça fait un moment que je n’avais pas suivi votre avancée. Content de vous voir (lire) en forme !

magnifiques photos, bon vent et bon courage, kenavo!

GWE

Merci Gwé !

Le vent on le prendra de dos si possible :)
Comment qu’c'est à Plougastell ?

à plus !

Une pensée affective du sud de la France.

Yannick.

Salut !

Ma connexion a mangé du lion, et d’un coup d’un seul je peux à nouveau accéder à votre blog. Elle est pas belle la vie !

Bon, comme je sais que tu es toi aussi victime de la censure chinoise, je vais aussi t’envoyer un mail pour te dire qu’il y a des solutions, finalement !

Hello Goim, how are you? I can’t look where you are. The side doesn’t work, but I can see the photos. Wonderful photos but there is so much snow. Many, many greetings from Höchst Traudi

Write a comment

Notify via Email Only if someone replies to My Comment