Téhéran, l’énorme machine

0

Posted by Giom | Posted in Iran, Orient, Sur la route | Posted on 10-11-2012

Enfin nous arrivons à Téhéran à vélo, ralliant les 90 derniers Km en une poignée d’heures, le vent dans le dos.

Ville-pays avec ses quasi 15 millions d’actifs pendant la journée, Téhéran est une ville pensée pour la voiture, et il y en a un paquet !

Elle est dense, l’air y est pollué et s’il ne pleut pas ou qu’il n’y a pas de vent, on se trouve dans une atmosphère pesante. Même le métro est rempli ! Avec un transport en commun amélioré, la ville pourrait presque être agréable à vivre, au pied des montagnes, près du désert, et avec quelques grands parcs ! Mais il semble que la volonté politique du pays semble être orientée différemment.
La conduite des Téhéranis est chaotique et dangeureuse  à première vue… Surtout lorsque l’on arrive à vélo. Rassurez vous on les a laissé dès que possible au garage ! Après un peu d’observation, il s’avère que c’est un flux constant, où chaque espace libre est occupé et où l’on peut jouer à se faire peur ! Au final c’est plutôt drôle et ça maintient en éveil permanent !
Nargues et Milad nous accueillent grâce au réseau Couchsurfing. C’est un jeune couple de notre âge, sympathique, joyeux et qui ont leurs rêves. Ce sont nos premiers “anges gardiens” ici. Ils nous aident beaucoup, nous donnent des conseils pour nous déplacer dans la ville et nous emmènent découvrir les parcs aux alentours. On cuisine, rigole, discute d’opinions et tout type de sujets. Alors que nous devons nous occuper de nos visas, ils nous vraiment apporté une aide précieuse !

Par ici, nous avons la sensation d’être toujours protégés, d’être aidés de toute part, en quelques jours à peine à Téhéran, nous avons déjà un réseau d’amis près à nous donner un coup de main pour traduire ou autre. Les iraniens que nous avons rencontré sont très altruistes, accueillants, toujours près à donner un coup de main. Nous avons eu la chance de nous retrouver avec des gens incroyables, avec une grande ouverture d’esprit et une bonne énergie !On m’avait prévenu mais je crois que j’avais besoin de le voir pour réaliser. Les médias nous bourrent le crâne de c…ies et ne représentent jamais la majorité des gens, mais ont une méchante tendance à tout dramatiser.
Les visas, parlons en !
Obtenir un visa à Téhéran relève du parcours du combattant ! Premièrement se familiariser avec la conduite des téhéranis, essayer de comprendre comment est organisée la ville, et ensuite se rendre au consulat avec les papiers demandés sans en oublier un seul bien entendu.
Nous avons besoin du visa Turkmène et Ouzbek. Pour le premier, nous avons besoin du second. Car le Turkménistan ne fournit quasi plus que des visas de transit de 5 jours aux touristes.
Premier jour: direction l’ambassade de France qui doit nous délivrer une lettre de recommendation pour l’Ouzbékistan. Idem pour Felix à l’ambassade d’Espagne.

2ème jour: Retour à l’ambassade, section consulaire, pour la récupérer en main propre avec la consul de France en Iran.

3ème jour: direction l’ambassade d’Ouzbékistan avec les documents demandés. La section consulaire se trouve à 600m de là ! C’est parti ! Arrivé là-bas une petite ouverture dans un mur permet de communiquer avec les fonctionnaires. Le dossier est complet, revenez dans 6 jours.
Voilà et maintenant on attend !
Après un jour de repos, à l’appartement de Nargues et Milad, me voilà parti en bus vers Ispahan, étape incontournable de la route de la soie !Felix doit rester à Téhéran car il n’a pas obtenu sa lettre de l’ambassade d’Espagne (ne jamais aller dire à un fonctionnaire que l’on traverse une frontière à pied ou à vélo…)

Write a comment

Notify via Email Only if someone replies to My Comment